1935 et 1977 : réflexions sur un paradoxe stéphanois – Jeudi 18 février sur Radio Dio

Daniel Durand présentera une comparaison des élections municipales de 1935 et 1977 à Saint-Étienne.

 

Les maires de Saint-Etienne - Archives municipales de la ville de Saint-Etienne

Louis Soulié et le conseil municipal élu en mai 1935 (Archives municipales de Saint-Étienne, 11 K 1 ICONO 1).

 

Le paradoxe stéphanois c’est celui d’une grande ville, dont la population longtemps restée majoritairement ouvrière, a élu des maires plutôt centristes : de centre gauche sous la IIIè République, de centre droit depuis 1945. Citons : Émile Girodet (1888-1892), Jules Ledin (1900-1906), Louis Soulié (1919-1930), Antoine Durafour (1930-1932), Alexandre de Fraissinette (1947-1964), Michel Durafour (1964-1977).
Deux exceptions majeures à cette continuité : en 1935, élection d’une “municipalité de Front Populaire” dirigée par Soulié ; en 1977, élection d’une “municipalité d’Union de la Gauche”. Deux exceptions qui sont restées sans lendemain.

Daniel Durand dégagera les traits communs à ces deux expériences et les raisons de leurs échecs.

 

Les élus Michel Grossmann, Paul Chomat, Joseph Sanguedolce (maire) et Bruno Vennin, photographiés en 1980  (Archives municipales de Saint-Étienne, 6 FI 4606).

 

L’émission découle de l’intervention que Daniel Durand aurait dû faire lors de la seconde journée  des VIè Rencontres d’histoire Ouvrière de janvier 2020.

Elle sera diffusée sur Radio Dio 89,5FM sur Saint-Étienne ou en ligne. En direct le jeudi 18 février de 12 à 13h, en rediffusion le même jour de 19h à 20h et le lendemain vendredi 19 février de 8h à 9h.

 

Partager cet article

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email